Fils ainé d’une famille néerlandaise
de quatre enfants, il est, entre autres, photographe, graphiste, ingénieur
et communiste.
Son action se développe surtout
pendant et après la guerre de 1939/1945.

Résistant et faussaire, il fabrique de faux papiers pour les partisans néerlandais.

Le photographe a plusieurs cordes
à son arc : documentaliste, il immortalise
les méfaits de la guerre, la mort, la faim,
la misère et les conséquences
des bombardements.

Mais sa sensibilité se manifeste volontiers dans les scènes de la vie quotidienne,
les gens et les enfants.

Casparus Bernardus Oorthuys alias Cas.
Entre 1945 et 1946 il fait partie
de l’équipe de photographes
qui ont eu le privilège de couvrir le Procès de Nuremberg.

Enfin à partir de 1947
il s’investit dans le processus de fin
de colonisation de l’Indonésie.

Il couvre la Conférence sur la Paix
de Paris en 1950. Dans la foulée
il produit plusieurs articles sur l’Iran,
la Serbie, la Macédoine et l’Espagne
et de nombreux ouvrages de ses photos.

Il se sert le plus souvent
de l’appareil photo moyen format 6x6,
le mythique Rolleiflex T.

Photographies tirées de son livre
« 1944-45 Het laatste jaar (1944 – 45) »

Ces images sont restées avec lui pour le reste de sa vie.
Alors qu'il a eu du mal à parler du temps qu'il a passé
dans le camp de concentration d'Amersfoort et
de ses autres expériences pendant les années de guerre.