Les Histoires d'O de Sylviane Lacroze
Reflets aquatiques …

Le visiteur doit s’y reprendre à deux fois
pour saisir le contenu des clichés de Sylviane.
L’image est déformée, tordue, allongée ou compressée.
L’œil se complait dans l’insolite. Au fur et à mesure
la photo livre son secret. Images banales réfléchies
dans l’eau, toutes les eaux, bassins parsemés
de feuilles mortes, cascades en effervescence,
mares, caniveaux etc …

et maintenant plongez dans le portfolio de Sylviane en cliquant ici
CONTACT
MEMBRE DE L'ASSOCIATION "LE FLAMANT ROSE"

Le « piqué » de l’image impressionne. Le rendu des couleurs s’harmonise tel que la nature l’a composé. Le support devient transparent, profond, il prend une troisième dimension. Et en plus c’est très beau.

Après la forêt …l’eau chemin aléatoire

Quand on demande à Sylviane pourquoi « l’eau » ? … elle ne se l’explique pas
« … je ne sais pas, un jour un chemin qui va vers le cœur des hommes, ce chemin c’est celui de l’eau qui sans cesse s’échappe … qui n’a de forme que celle des mains qui le recueillent … de l’ornière qui la retient … l’eau me capte … » en effet l’eau a capturé l’artiste, elle glisse, absorbe ses reflets. L’élément l’a diluée, dissoute, l’attire comme le plongeur sujet à l’ivresse des profondeurs …

L’observation avant tout

Initialement Sylviane peint. Elle peignait des arbres, beaucoup d’arbres comme la première syllabe de son prénom. Mais récemment elle a troqué ses toiles et pinceaux, désormais trop encombrants,
contre un petit Sony 3,2 MP numérique.


De l’art à l’art-thérapie …

Sylviane outre la peinture et la photo écrit et raconte des histoires … histoires de bergers des Cévennes et de leurs troupeaux de chèvres.
Mais peut-être tout s’expliquerait par le métier qu’elle exerce, l’art-thérapie dont le principe consiste à décomposer l’ensemble des mécanismes, psychiques, physiques et sociaux en jeu dans l’activité artistique afin de les utiliser pour le soin ou l’aide sociale avec l'objectif d'améliorer la qualité de vie.