Babylone envahie par les démons



Et après cela, je vis un autre ange descendre du ciel ;
son pouvoir était grand et la terre fut illuminée de sa gloire.

Il cria d'une voix forte, disant :

"Elle est tombée, elle est tombée Babylone la grande ;
elle est devenue la demeure des démons, un repaire pour tout esprit impur,
un repaire pour tout oiseau impur et détesté.

Parce que toutes les nations ont bu du vin de sa furieuse prostitution
et que les rois de la terre ont forniqué avec elle et que
les marchands se sont enrichis du débordement de son luxe".


Et j'entendis une autre voix venue du ciel qui disait :

"Sortez d'elle, ô mon peuple, pour ne pas participer à ses péchés
et ne pas subir les fléaux qui la frappent.

Car ses péchés se sont accumulés jusqu'au ciel et le Seigneur s'est souvenu
de ses iniquités.

Rendez-lui selon ce qu'elle a fait elle-même ; rendez-lui le double selon ses œuvres ;
dans la coupe où elle a versé, versez-lui le double.

Autant elle s'est glorifiée et plongée dans le luxe, autant donnez-lui de tourment
et de deuil ; car elle se disait dans le fond de son cœur :

"Je trône comme une reine, je ne suis pas veuve et je ne connaîtrai pas le deuil".

C'est pourquoi en un seul jour vont venir ses fléaux : mort, deuil et famine,
et elle sera consumée par le feu ;car il est puissant le Dieu qui l'a condamnée".


Ils pleureront et se lamenteront sur elle, les rois qui ont forniqué avec elle
et qui ont participé à son luxe, quand ils verront la fumée de son embrasement ;
se tenant au loin par peur de ses tourments, ils diront :

"Malheur ! Malheur ! La grande ville, Babylone, la ville forte !
En une heure est venue ta condamnation! ".


Et les marchands pleureront et se lamenteront sur elle, parce que
personne n'achètera plus leurs cargaisons.

Cargaison d'or et d'argent, de pierres précieuses et de perles, de lin et de pourpre,
de soie et d'écarlate, et de toutes sortes de bois de thuya, d'objets en ivoire,
en bois précieux, en bronze, en fer ou en marbre, le cinnamome,
l'amome et les parfums, la myrrhe et l'encens, le vin et l'huile,
la farine et le blé, les bœufs et les brebis, les chevaux et les chars,
les esclaves et les être humains.

Les fruits que ton âme désirait se sont éloignés loin de toi; le luxe
et la splendeur sont perdus pour toi et jamais on ne les retrouvera.

Ceux qui en ont fait le commerce et en ont tiré fortune se tiendront à distance
par crainte de ses tourments, pleurant et se lamentant, en disant :

"Malheur ! Malheur ! La grande ville qui était vêtu de lin, de pourpre et d'écarlate
et couverte d'or, de pierres précieuses et de perles, parce qu'en une heure
toutes ces richesses ont été dévastées".


Et tout pilote, tout caboteur, les marins et tous ceux qui travaillent sur la mer,
se tinrent à distance, et ils s'écriaient en voyant la fumée de son incendie :

"Quelle cité était semblable à la grande ville ?"

Et ils se jetaient de la poussière sur la tête et, pleurant et se lamentant, ils criaient :


"Malheur ! Malheur ! La grande ville !
De son opulence s'étaient enrichis tous ceux qui possédaient des navires sur la mer.
En une heure elle a été dévastée".


Réjouissez-vous à son sujet, ciel, et vous, les saints, les apôtres, les prophètes,
car Dieu en le condamnant a jugé votre cause.